bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

PSI/ISP aux Nations unies : Autonomisation économique et politique des femmes

« La clé de l’autonomisation des femmes, c’est des emplois, des emplois, des emplois ! Du travail décent et des salaires justes ! » a déclaré Rosa Pavanelli, la Secrétaire générale de l’ISP, lors du récent débat de haut niveau des Nations Unies sur la promotion de l’égalité hommes-femmes à New York, le 6 mars 2015.

« L’investissement dans les services publics peut jouer un rôle déterminant dans l’autonomisation des femmes, en les aidant à vaincre la pauvreté et à accéder au marché du travail. Les services liés à la petite enfance et à la prise en charge des personnes âgées, à l’enseignement et aux soins de santé sont des secteurs qui peuvent vraiment stimuler l’emploi des femmes, tout en garantissant la croissance économique de la société et une meilleure qualité de vie pour les citoyens ».

« Des années de crise économique et de mesures d’austérité ont condamné de nombreuses travailleuses à se retrouver dans des situations de vulnérabilité, même dans les pays développés, et ont provoqué encore plus de chômage chez les femmes » a ajouté Mme Pavanelli dans son discours aux participants de la table ronde.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies a organisé un Débat thématique de haut niveau sur les questions de genre. Les participants au débat ont réfléchi à l’importance de la promotion de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes et des enfants dans le contexte du futur programme de développement.

Par ailleurs, l’ISP participe activement aux négociations sur les Objectifs de développement durable des Nations Unies et sur le financement du développement qui accompagnera le programme de développement pour l’après-2015. L’ISP appelle au changement et milite pour une alternative urgente à la politique néolibérale actuelle. L’ISP est particulièrement favorable aux investissements publics dans les services publics, parce qu’elle estime que c’est le meilleur moyen d’assurer la pérennité sociale et environnementale de la croissance économique. La perspective de genre est d’autant plus importante que les femmes sont plus vulnérables que les hommes aux politiques néolibérales et aux mesures d’austérité.

Pour de plus amples informations :
- Consultez le site Internet des Nations Unies
- Visionnez la vidéo sur YouTube
- Suivez la délégation syndicale présente à la 59ème Commission de la condition de la femme des Nations Unies sur unioncsw blog, sur Facebook et sur Twitter @unioncsw

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip