bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Rendez-vous avec le nouveau conseiller du Ministre de l’Intérieur

La C.G.T. a rencontré M. Mathieu GARRIGUE-GUYAUNNAUD, le nouveau conseiller sécurité civile du Ministre de l’Intérieur, le 28 octobre 2014.

• La C.G.T. a tenu à évoquer les cas particuliers de départements qui connaissent un conflit qui s’inscrit dans la durée : le Calvados (14), l’Hérault (34). L’issue de ces conflits demande que les acteurs institutionnels du dossier veuillent eux aussi en sortir et joignent à cette volonté les gestes qui permettraient un vrai dialogue.

• Lorsque des agents se retrouvent blessés de manière irréversible lors de manifestations, la C.G.T. estime indispensable qu’une attention particulière leur soit portée.

• Une rumeur circule sur la révision de l’arrêté régissant l’aptitude médicale. Nous souhaitons la voir confirmée ou infirmée. A notre connaissance, un début de réflexion existe sur cet arrêté, mais uniquement sur la médecine de prévention, toute autre projection serait infondée.

• La C.G.T. est revenue sur le courrier qu’elle a envoyé sur le congé pour raison opérationnelle, et l’analyse de la situation des agents qui sont dans le dispositif ou en ont été écartés. L’analyse a été demandée à la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion de Crises.

• Les demandes de disponibilité déposées par les agents salariés des S.D.I.S. sont en augmentation (comme les changements de filière, les valorisations d’acquis d’expérience…). N’y a-t-il pas un recensement à faire pour lever le doute d’une crise de la vocation (pour la C.G.T., vocation valant ’attachement au S.D.I.S. tant des S.P.P. que des P.A.T.S.).

• La situation sur le virus Ebola : les S.D.I.S. sont des acteurs incontournables pour faire face à une menace de cette ampleur ; ils doivent intégrer les dispositifs mis en place, lesquels sont à l’heure actuelle trop “santé-centré”. Les S.D.I.S. ont des personnels formés et les moyens d’appliquer les préconisations sanitaires en vigueur (véhicules sanitaires indisponibles durant 12 heures post opération).

• L’Etat doit être normatif : la réécriture du R.1424-39 du C.G.C.T. (Code Général des Collectivités Territoriales) classant les centres (C.P.I., C.S., C.S.P.) avec un effectif ne doit pas se faire au détriment de la sécurité des usagers.

• Sur le groupe de travail R.E.A.C. C.T.A.-C.O.D.I.S., la C.G.T. rappelle ses positions :

  • la distinction future entre les opérateurs et chefs opérateurs avec un régime indemnitaire différencié est très éloignée des engagements de rendre les postes attractifs ;
  • la disparition des conditions de travail (matérielles, risques psycho-sociaux...) du champ du groupe de travail, tout comme la situation des presque 900 agents P.A.T.S. dans les C.T.A.-C.O.D.I.S., est inadmissible. Ces deux thèmes devront être traités, cela est nécessaire.

La C.G.T. termine l’entretien en évoquant les diverses pistes concernant la réforme territoriale.

Vos représentants : P. Wernert, S. Delavoux

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip