bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Tract action du 5 novembre - Roanne - J-18

« C’est chose terrible que d’avoir contre soi la vérité », écrivait Jean JAURES

L’heure n’est pas au fatalisme, comme voudrait le faire croire certains qui depuis plusieurs mois, nous taxent de tous les maux et, pour des raisons politiques voudraient que la CGT et la classe ouvrière soient mise à mal.
Non ! nous n’allons pas cessé de lutter nous n’allons jamais cessé tellement nous nous sommes abreuvés de convictions pour la défense de nos emplois, pour les salaires, le pouvoir d’achat, les pensions de retraites, la dépendance, la santé, la sécurité sociale, les services publics, les conditions de travail...
Le pays ne plie pas, il rompt avec le pouvoir. Remparé dans son palais, le président du changement est de plus en plus seul. Et toutes les opération de propagande n’y change rien et JAURES écrivait aussi :

« Les capitalistes ont organisé contre les grévistes, le mensonge quotidien comme on organise une industrie »


[rouge]Ils vont tenter de convaincre que lutter ne sert plus à rien, que la partie est jouée. C’est une déclinaison de la méthode Coué… Quand le mépris de classe s’additionne à une haine générationnelle, toutes les démagogies sont possibles.[/rouge]

Il est très clair que le pouvoir politique veut durcir sa position sécuritaire et notamment dans ces moments de grands mouvements sociaux.
Pour la CGT, comme nous l’avons déjà exprimé, il est inacceptable que des camarades interpellés soient poursuivis et que d’autres camarades qui dé-fendent au quotidien les intérêts des salariés puissent aussi avoir ou subir certaines pressions inacceptables, notamment patronales.
Les défis que nous allons relever sur la bataille des libertés est primordiale.
Nous devons être cette force aux côtés des salariés, cette force plongée dans le quotidien de leur travail
Avec les « 5 de Roanne », nous devons être cette force rassemblée, cette force construite par les salariés et pour les salariés.
Une force qui fait de la solidarité et de la fraternité un moyen d’action essentiel.
Oui ! Nous soutenons l’ensemble de ces camarades ! Oui, nous dénonçons cette répression dont le but est de bâillonner l’expression et les libertés syndicales
Le 5 novembre, nous devons être très nombreux à Roanne, très nombreux pour exiger l’arrêt des poursuites pour les syndicalises et la promulgation d’une loi d’amnistie et cela Dans la continuité des actions menées pour les libertés d’action et d’expression syndicale.

POUR LES LIBERTÉS D’ACTIONS ET D’EXPRESSIONS SYNDICALES 5 NOVEMBRE 2013 RASSEMBLEMENT NATIONAL TOUS A ROANNE

Tract 5 novembre - Roanne - J-18

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip