bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Syndicat CGT du Conseil général du Finistère : le 20 juin, on met le paquet pour un changement de cap !

Manifestation sur le parvis à 10h30 lors de la séance plénière

Des centres d’exploitation des routes qui ferment
Le seul argument de notre employeur pour fermer les centres d’exploitation des routes est : « les équipes actuelles sont trop petites ». Ce qu’il oublie de préciser, c’est que les agents n’ont pas été remplacés lors des départs et que ces équipes se sont réduites progressivement du seul fait de notre employeur qui a fait ce choix de non-renouvellement des agents.
Pour que ces équipes puissent fonctionner de nouveau correctement et pour que ces centres continuent de vivre, il suffit de leur redonner des moyens humains. L’activité le justifie puisque de nouvelles missions apparaissent telles que l’entretien des voies vertes, des pistes cyclables avec des techniques de travail respectueuses de l’environnement qui nécessitent davantage de personnels.
Au lieu de cela, notre employeur augmente le « ratio » de linéaire route par agent, situation d’autant plus inadmissible que la moyenne d’âge de ces équipes augmente, que les problèmes de santé suivent la même courbe et que la retraite recule.

Un travail social remis en cause. Des services qui disparaissent
- Perte de sens dans l’exercice d’un travail qui tend à oublier le sens des missions pour se centrer sur un découpage en actes professionnels.
- Techniques et procédures managériales qui éloignent encore plus un encadrement, de plus en plus « gestionnaire », et les personnels intervenant auprès des publics.
- Une gestion des remplacements des personnels en arrêt maladie ou partis à la retraite de plus en plus incompréhensibles qui prive les équipes de moyens et alourdissent le travail sur le terrain.
- Mise en concurrence généralisée entre les équipes et entre les professionnels de mêmes métiers.
- Nouveaux schémas et nouvelles organisations qui remplaceront, sans bilan réel avec les personnels concernés, les anciens schémas et organisations et aggraveront le morcellement du travail et le cloisonnement entre professionnels.

Dans les collèges et dans tous les autres services
- Toujours moins de moyens au regard des tâches à effectuer, situation qui n’affecte pas l’encadrement qui se voit allouer des postes supplémentaires étoffant encore le mille-feuille hiérarchique.
- Des délégations et externalisations au privé.
- Les informations préoccupantes au sein des services se multiplient (arrêts de travail multiples, tensions et dissensions entre collègues,
sentiment d’insécurité, techniques managériales accentuant une mise « en concurrence » entre les uns et les autres).
- Des congés imposés par l’administration.
- Des plannings et des organisations mis en place sans concertation.

Les Assistants Familiaux : un métier sans reconnaissance
- Un statut précaire, un manque d’accompagnement lié au manque de moyens humains dans les équipes, des indemnités en baisse.

Se rajoute à tout cela une politique de promotion et de mutation on ne peut plus opaque
Chaque agent, chaque service du Cg est plus ou moins touché par ces désorganisations et le mal-être s’installe progressivement, insidieusement. Les agents ne se font plus d’illusion quant au projet « Qualité de Vie au Travail » annoncé à grands coups de communication par notre employeur.

Les médecins de PMI de moins en moins présents dans les écoles, des centres de planification qui disparaissent, des centres d’exploitation des routes qui ferment, des CDAS de plus en plus souvent fermés quand notre employeur estime que le nombre d’usagers n’est pas suffisant,

et ensuite, à qui le tour ?


Télécharger ce tract au format PDF :

Syndicat CGT du Conseil général du Finistère : le 20 juin, on met le paquet pour un changement de cap !

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip