bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

31 janvier 2013 | Courrier de la CSD de la Vienne à M. Alain CLAEYS - Député de la Vienne

Grèves et manifestations pour les salaires, contre le jour de carence et
pour l’emploi public.

Plus de six mois après le changement de majorité présidentielle et gouvernementale, les légitimes revendications des personnels des trois fonctions publiques attendent des réponses concrètes.

SALAIRES : le point d’indice, base du traitement des fonctionnaires, est gelé depuis 2010, et devrait l’être encore cette année ! Inacceptable, alors que les salaires des fonctionnaires n’ont cessé de s’éroder depuis 10 ans (-15% par rapport à l’inflation depuis 2000), creusant l’écart entre ceux qui
bénéficient d’un régime indemnitaire, variable selon les collectivités, et ceux qui en « petites » collectivités n’en ont pas. Le gel du point d’indice alors que le SMIC est revalorisé au 1er janvier 2013, conduit à ce qu’environ 25 % des agents ont un salaire compris entre le SMIC et…le SMIC + 1 % ; le
nouvelle espace statutaire (NES) prévoit une rémunération en catégorie B (niveau BAC) à 1,6% audessus du SMIC en entrée de grade et un agent recruté à l’échelle 3 mettra 17 années pour gagner 30 euros bruts de mieux par mois. N’oublions pas non plus que la réforme des retraites de 2010 a mis en place une augmentation progressive de la cotisation pour pension, ponctionnant à partir du 1er janvier 2013, +0,81% de nos salaires !

La CGT demande :

- une augmentation immédiate du point d’indice permettant un véritable rattrapage de l’inflation,
- l’attribution de points d’indice supplémentaires (20 pour la catégorie C, 15 pour la catégorie B et 10 pour le A),
- une amplitude de carrière minimale de 1 à 2, garantie à tous, pour une carrière complète.

JOUR DE CARENCE : mesure emblématique et démagogique du précédent gouvernement mise en place en 2012, socialement injuste et économiquement inefficace : injuste, car elle fait porter sur les agents la responsabilité de leur mauvaise santé, et inefficace, car elle ne réduit pas le « déficit » de la Sécu, les salaires ainsi non versés sont autant de réduction de dépenses des budgets des collectivités ; De plus, elle constitue un frein pour l’agent à se soigner.

La CGT refuse d’intégrer le jour de carence aux négociations en cours avec le gouvernement et demande l’abrogation immédiate du jour de carence dans la fonction publique ainsi que la suppression des mesures similaires pour les salariés du régime général.

EMPLOI PUBLIC : depuis 15 ans, les emplois publics font les frais des politiques successives de réduction des dépenses publiques, désormais gravée dans le marbre constitutionnel du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance européenne ; RGPP, MAP, Emplois d’Avenir, trois dispositifs qui poursuivent l’unique objectif de réduire les dépenses publiques ; les conséquences sont perceptibles dans tous les champs d’intervention publique : dégradation des conditions de travail des agents, dégradation de la qualité du service public, en particulier en zone rurale où
désertification rime avec paupérisation.
Parallèlement le recours à l’emploi contractuel n’a cessé de se substituer au recrutement de personnels statutaires, multipliant la précarité dans la fonction publique. Si un protocole d’accord sur les non-titulaires dans la fonction publiques a été adopté en 2011 pour mettre en place un large plan
de titularisation, restreindre le recours à l’emploi contractuel et améliorer les conditions d’emploi et les droits sociaux des non titulaires, force est de constater que d’une part, son application dans les administrations conduit les DRH à ne pas renouveler les agents qui remplissent ou pourraient à court
terme remplir les conditions d’ancienneté pour bénéficier de cet accord, à ce que la « cédéisation » soit la réponse prioritaire au détriment de l’intégration statutaire et que d’autre part, les décrets et circulaires pris pour l’application de la loi Sauvadet de mars 2012 détournent l’esprit de l’accord en
introduisant des critères restrictifs, et n’imposent pas d’obligation claire à l’employeur public. Le dispositif des contrats d’avenir adopté récemment par l’actuelle majorité, à grands renforts de communication, poursuit l’affaiblissement de la fonction publique en substituant à des emplois
statutaires des contrats à durée déterminée, et dont la rémunération, basée sur le SMIC, est totalement déconnectée du système public des grilles indiciaires, les prive des régimes indemnitaires et n’offre aucune garantie de pérennité aux jeunes qui en bénéficieront. N’est-ce pas une nouvelle
forme du Contrat Première Embauche, proposé en 2006 mais abandonné par le gouvernement De Villepin grâce à une mobilisation massive des jeunes et des salariés ?

La CGT refuse que les emplois publics soient la variable d’ajustement budgétaire des administrations et des collectivités.

Elle entend impulser une fonction publique porteuse de progrès pour tous tant sur le plan économique que sur le plan social. Pour la modernisation et son développement, il faut un arrêt immédiat de toutes les suppressions d’emplois et des créations de postes statutaires où les missions
publiques l’exigent, participant ainsi à une véritable relance économique.
Autant d’exigences que nous défendrons ensemble le 31 janvier pour peser sur les négociations à venir et en particulier sur la réunion du 7 février prévue avec la ministre concernant les rémunérations.
Monsieur le Député, la CGT a pris toutes ses responsabilités lors des campagnes présidentielle et législatives en appelant à faire battre le Président Sarkozy et sa majorité réactionnaire.
Membre de la majorité présidentielle votre responsabilité est grande. L’attente des fonctionnaires l’est tout autant dans l’optique d’une rupture avec les politiques du dernier quinquennat. A ce jour cette attente est en train de virer à l’amertume.

C’est pourquoi la Coordination Syndicale Départementale de la CGT 86, qui regroupe tous les syndicats CGT des services publics territoriaux de la Vienne, sollicite un rendez-vous avec le représentant du peuple français que vous êtes afin d’évoquer tous ces points.

Télécharger au format PDF

Courrier

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip