bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

ESH - Négociation sur les évolutions des rémunérations minimales annuelles garanties

La négociation s’est terminée , une nouvelle fois par un échec cuisant !
Trois jours de discussions et réflexions qui avaient pourtant pris un bon départ : "esprits ouverts et sans langue de bois’’.
En effet, le collège syndical fit de nombreuses propositions pour trouver une solution de déblocage aux évolutions des rémunérations minimales.
Ces évolutions étant bloquées depuis 2001 par la direction du groupe du fait (par la convention collective du CIF) de leur indéxation sur les salaires de tous les salariés.

Les propositions consistaient en la revalorisation des minimas de 9%, versement d’une prime aux salariés allant de 600 € pour les employés à 400€ pour les agents de maitrise et 200 € pour les cadres. Rien pour le comité de direction.

Ajoutons que les résultats comptables du CIF (environ + 30%) pour l’année 2006 rendaient nos demandes particulièrement crédibles et le montant de celles-ci raisonnable, sachant qu’en 2002 la direction avait accepté une augmentation générale de 300 €.

Après de nombreuses interruptions de séances (à la demande de la direction ), résultat = rien...

Le comité de direction nous propose une déconnexion définitive des minimas sans aucune compensation ... le croirez-vous !

A l’heure du libéraliseme oppresseur, nous sommes également dans ’’l’ère des cadeaux’’. En effet, sous prétexte de vous donnez grâce
d’avoir un emploi, vous êtes redevable de ’’cadeaux ’’ à votre employeur. Perte d’acquis sociaux, heures sup. non payées, blocage des salaires etc.

La direction du Crédit immobilier de France, par ses agissements, ne renie en rien ses liens au Medef et confirme bien la règle du patronat, malheureusement... sans exception.

Paris, le 5 février 2007

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip