bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Tract du collectif Jeunes de la Fédération des services publics

jeunesse ! le 22 mars c’est dans la rue que ça se passe !

Quel avenir pour la fonction publique ?
Le Gouvernement au service des rois de la finance, frappe encore de plein fouet le Statut Général des Fonctionnaires avec l’annonce du plan de départ volontaire.
Ce plan de départ vise à accompagner la suppression massive de fonctionnaires dans le but de détruire le service public en passant par la privatisation dans les différents secteurs publics.
Encore plus dangereux, l’État propose le remplacement d’agents
titulaires par l’embauche massive d’agents contractuels créant ainsi la multiplication de la précarité au sein de notre société.
En plus de la suppression de 120 000 postes à l’horizon en 2022, l’extension des primes aux « mérites » est envisagée entrainant une réelle discrimination entre salarié-e-s.
Le gouvernement avance sans avoir l’intention de négocier quoi que ce soit. Et pour cause, il sait très bien que pour nous la démolition du statut et de nos fonctions ne sont pas négociables.

De plus, lors de la rencontre bilatérale du 12 février entre la CGT et le Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes
Publics, ce dernier a confirmé que dès 2019 :
• La suppression des CHSCT ;
• La remise en cause des CAP en restreignant leurs compétences ;
• La listes des métiers ou le recrutement ne serait plus la règle ;
• Le développement de la rémunération au mérite...
Il est temps de se mobiliser toutes et tous ensembles dans la rue
pour dire STOP à cette politique d’austérité et de massacre du
service public !

Quel avenir pour les jeunes ?
Les jeunes de toute la France, étudiant-e-s, salarié-e-s du privé ou du public et privé-e-s d’emploi sont encore une fois de plus frappés par le gouvernement qui mène une politique au service des riches. Après la baisse des APL, la réforme de l’université, celle de l’apprentissage, l’État montre sa détermination à bloquer l’avenir des jeunes et la régression du modèle social de notre pays. Alors que les jeunes sont la promesse du développement de notre société dans les prochaines années, le gouvernement n’a de cesse de la précariser et de freiner leurs déroulements de carrière.
Ainsi, avec la baisse du pouvoir d’achat des français et notamment les plus jeunes commençant leurs carrières au plus bas des échelles de rémunération, le gouvernement fait le choix de geler une fois de plus la valeur du point d’indice. Le recrutement par l’intermédiaire de contractuel.le.s à temps non complet provoque volontairement des situations précaires chez les jeunes, les obligeant à multiplier les petits boulots entrainant de réelles risques psycho-sociaux.

on y va tous et toutes ensemble !
Cheminots : le statut n’est pas la cause de la mauvaise gestion budgétaire de l’État ! Le gouvernement s’attaque à tous les travailleurs du privé ou du public sans rancœur. Ces annonces contre sa politique anti-ferroviaire avec l’ouverture à la concurrence et la fermeture programmée de 4000 à 9000 km de ligne d’ici 2026 est un vrai démantèlement du service public.

EHPAD et soins à domicile : le gouvernement manque de respect à nos
ainé.e.s ! Macron fait la sourde oreille ! La mobilisation des EHPAD et des soins à domicile du 30 janvier dernier qui a mobilisé plus de 31.8% de grévistes, du jamais vu dans ce secteur, reste sans réelle réponse de la part du gouvernement ! Alors que le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 a été clôturé fin 2017, la ministre de la santé a accordé une rallonge de 50 millions d’euros pour ce secteur. Cela représente environ 6000 euros par établissements, ce qui est insuffisant !
On frôle le ridicule !

Personnes sans abris : le gouvernement ne tient pas son engagement !
Alors que le 27 juillet 2017, Macron annonçait ne plus vouloir de personnes dans la rue évoquant la dignité, 6 mois plus tard en période de grand froid encore beaucoup de personnes se retrouvent sans abris, se battants tous les jours face à des conditions de vie inadmissible, l’État préfère laisser des bâtiments inoccupés au lieu d’héberger comme il se doit chaque être humain.

Hausse de la CSG : les retraité-e-s trinquent : Au 1er janvier 2018, la CSG a augmenté de 1,7 point. Une augmentation de 25 % pour la plupart des retraité-e-s, provoquant une baisse nette des pensions de plusieurs centaines d’euros par an. Selon le gouvernement, il s’agit d’un « effort pour les jeunes générations ». Les retraité-e-s n’ont pas attendu le président Macron pour faire preuve de solidarité et cette nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat réduira l’aide qu’ils apportent déjà aux jeunes générations.

LA LISTE DES RÉFORMES EST LONGUES ET DÉTRUIT LES MOINS AISÉS,
JEUNES SALARIES DU PRIVÉ, DU PUBLIC, ÉTUDIANTS ET SANS EMPLOIS…
LUTTONS ENSEMBLE DANS LA RUE LE 22 MARS
POUR NOS CONDITIONS DE TRAVAIL ET NOTRE SERVICE PUBLIC

Tract du collectif Jeunes de la Fédération des services publics

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip