bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Pétition et lettre ouverte à Champs sur Marne contre le jour de carence

Le gouvernement a choisi de rétablir, au 1er janvier dernier, le jour de carence pour les agents de la Fonction publique.

« Tout d’abord, si l’on examine de près la situation des salariés du privé, on s’aperçoit que les deux tiers d’entre eux sont couverts par des conventions collectives qui prennent en charge les jours de carence. Donc, "en vrai", comme disent les enfants, la situation n’est pas aussi injuste que celle que vous décrivez », Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, répondant à un député de droite en 2015.

Après l’annonce du gel du point d’indice, le gouvernement opère une nouvelle ponction sur la rémunération des agents publics. Les fonctionnaires et agents publics en maladie restent rémunérés directement par leur employeur et non par la Sécurité sociale : l’Etat procède ainsi à une économie directe sur les salaires qu’il doit verser, et permet aux autres employeurs publics de faire de même.

Pour la CGT, le rétablissement du jour de carence est motivé par un mensonge. Le gouvernement fonde notamment sa décision sur la volonté de corriger une supposée inégalité public-privé. Or nous le savons, pour une large majorité des salariés du privé, les trois jours de carence sont actuellement couverts par divers dispositifs conventions collectives, accords d’entreprise, etc.) pris en charge par les employeurs. L’égalité dans ce domaine devrait en fait passer par un dispositif de couverture pour la minorité de salariés du privé qui, aujourd’hui, n’en bénéficient pas !

Ce jour de carence constitue une insulte et procède d’un mépris profond envers les agents publics. Son rétablissement revient à considérer chaque malade comme suspect de fraude et donc, dans le doute, à le sanctionner d’office. Quant aux médecins, ils sont, au passage, considérés comme des pourvoyeurs d’arrêts de complaisance !

En lieu et place de cette mesure stigmatisante et inefficace, et comme le rappelle la fédération santé et action sociale CGT, « la lutte contre l’absentéisme passe par l’amélioration des conditions de travail et l’augmentation des effectifs ». Il est donc de la responsabilité des élus de considérer et de traiter les causes réelles d’une grande partie des arrêts maladie dans la Fonction publique, à savoir la dégradation des conditions de travail et la souffrance générée par les politiques d’austérité. Cette décision est un mauvais coup supplémentaire porté aux garanties et droits sociaux.

Nous contestons la logique du gouvernement Macron-Philippe, qui reçoit en grandes pompes au château de Versailles les PDG de multinationales, pour leur offrir toujours plus de cadeaux et vanter une politique qui démolit les services publics et tous les acquis sociaux (Code du travail, sécurité sociale, statut ... )

La CGT propose une autre logique en partant des besoins de la population, d’augmenter les salaires, de donner un avenir à la jeunesse dans notre pays, de développer les services publics.

Nous sollicitons de votre part un appui, auprès du gouvernement et des parlementaires, afin de demander l’abrogation de ce dispositif incohérent, injuste et juridiquement contestable.

En attendant, nous sollicitons de votre part, suite à notre mouvement de grève du 25 juin 2015, la prise en charge du jour de carence, afin de ne pas en faire supporter les frais par les agents.

Veuillez agréer, Madame le Maire, l’expression de nos salutations distinguées.

244 signatures sur la pétition abrogation de la journée de Carence ont été collectées

Lettre ouverte à Champs sur Marne contre le jour de carence

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip