bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Tours Métropole | Les agents à l’offensive : victoire syndicale !

Débuté le 8 février, le conflit social s’est achevé 15 février : agents et élus ont obtenu des garanties sur les jours d’ancienneté et le régime indemnitaire.
Les camions bennes de la Métropole, dont une grande partie ne sortait plus des dépôts depuis jeudi 8 février, ont en effet repris le ramassage des bacs d’ordures ménagères et de tri sélectif suite à l’accord trouvé.
Les agents métropolitains, ou ceux des communes de la Métropole continueront de cumuler un jour d’ancienneté tous les cinq ans. Les agents ne subiront pas de perte de salaire.


Article mis en ligne le 26 février 2018

Grève à Tours Métropole : les agents à l’offensive !
La fin du mouvement est votée jeudi 15 février suite aux concessions concédés par la direction !
Chronique d’une victoire syndicale

Mercredi 14/2 à 5 h 30 au dépôt centre de la collecte des ordures ménagères, malgré les tentatives d’intimidation dans les médias de l’élu LR chargé du personnel contre les blocages et la menace de faire appel à la police, la grève ne faiblit pas. Mais force est de le constater, si depuis lundi matin le mouvement de grève est bien suivit à la collecte des ordures ménagères et par quelques grévistes provenant de différents services, ailleurs, le mouvement ne grossit pas.

Jeudi 15/2 à 10 h, la direction de la Métropole reçoit les représentants du personnel dans le cadre d’une réunion prévue depuis longtemps. L’intersyndicale a donc conçu cette journée comme un temps fort du mouvement avec AG à 9 h au siège de la Métropole afin de peser sur les discussions. A 9 h, il y a 350 grévistes provenant essentiellement de la Métropole mais aussi quelques municipaux. Une camarade de la CGT fait le point au nom de l’inter syndicale et informe que la direction refuse de recevoir une délégation de grévistes en plus des élus du personnel. Il est alors demandé à tous de rester et convenu que les élus du personnel sortiront régulièrement de la réunion afin de faire le point sur l’état des discussions, ce qui s’est fait.

Au bout du compte, les élus du personnel ressortent avec de nouvelles concessions de la direction : un engagement que la refonte du régime indemnitaire se traduira par un plus (que nous détaillerons ultérieurement). Et surtout, la direction de la Métropole maintient en l’état le dispositif des congés d’ancienneté qui redevient évolutif. C’est-à-dire que tous les agents en poste actuellement (y compris les stagiaires) et qui n’ont pas les 5 jours maxi continueront d’en acquérir. En revanche toujours le même blocage pour les nouveaux recrutements dont la Métropole dit en gros qu’ « ils seront recrutés en connaissance de cause ».

Une longue discussion s’instaure alors dans l’AG : de nombreux grévistes faisant à juste titre remarquer que si la mobilisation a permis d’imposer des reculs appréciables à la Métropole, c’est l’introduction de deux statuts différents dans une même entreprise entre les anciens et les nouveaux embauchés. Quelques grévistes forceront même le tourniquet de l’entrée et envahiront le hall d’accueil du siège pour exprimer leur colère.

Finalement l’AG se ressoude et tout en étant conscient des réserves que l’on peut apporter aux concessions de la direction de la Métropole nombreuse sont ceux qui interviennent pour dire qu’ils ne pensaient pas que l’on pourrait la faire reculer à ce point. Un jeune militant CGT propose de mettre en place un comité de suivi des discussions, il rappelle que ce mouvement avait démarré suite à une réunion d’information syndicale et que ce que l’on a sut faire une fois, on pourrait le refaire à tout moment. L’AG vote finalement la suspension du mouvement et l’ambiance est bonne, beaucoup de remerciements aux militants de la CGT ainsi que des promesses de syndicalisation. Au-delà des reculs non négligeables imposés à la direction de la Métropole, le simple fait que la contestation de l’amputation du régime indemnitaire en cas d’arrêt maladie et l’introduction d’un statut différent pour les nouveaux embauchés ait été des points tenant particulièrement à cœur aux grévistes est pour nous très positif et un gage pour les combats à venir .

Vive la solidarité ouvrière ! Vive la grève ! Vive la CGT !


Tours Métropole | Les agents mobilisés contre les inégalités
Article publié le 14 février 2018

Les agents de Tours Métropole sont mobilisés depuis le 8 février (plus de 500 agents devant le siège de la comcom) et reconduise la grève tous les jours en AG.
Ils sont encore plus de 200 à bloquer tour à tour les différents sites de la propreté urbaine.

Quelques avancées :

  • Le report des négociations sur le RIFSEEP (ils voulaient prendre en compte les jours d’arrêts maladie ordinaire pour diminuer le Régime Indemnitaire, au prorata).
  • Le maintien des jours de congés pour ancienneté mais bloqués en 2018. Ceux qui ont 3 jours les gardent jusqu’à leur retraite, ceux qui en ont 5 aussi, les agents transférés en 2017 et 2018, même chose au prorata de leur ancienneté dans leur collectivité originel, par contre rien pour les nouveaux embauchés à partir de maintenant.

INNACCEPTABLE POUR LES AGENTS QUI NE VEULENT PAS D’INEGALITE.

Le 14/02, réunion avec l’autorité territoriale, on vous tiendra au courant de l’évolution de la lutte.

Tours Métropole | Préavis de grève février 2018

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip