bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Syndicat départemental CGT du Vaucluse | Préavis de grève reconductible du 19 janvier au 4 février

La réorganisation de la Direction Action Sociale (DAS) se poursuit au forceps. Le PCD et son administration générale sont sans doute satisfaits d’avoir passé le cap du 1er janvier 2018. Adieu les CMS, vivent les EDeS ! Pour les agents qui travaillent à proximité des usagers, cette réorganisation se fait au détriment des conditions des conditions de travail des agents et d’accueil du public.

Au terme de plusieurs mois de discussions, d’arbitrages sans concertation… nombre d’agents ont découvert avec stupéfaction les postes soumis à « redéploiements » et s’interrogent sur la pertinence de ces redéploiements et des choix de redécoupage des territoires qui ne correspondent pas toujours aux bassins de vie des usagers. En plus des 4 postes de Coordonnateurs techniques et d’1 poste d’adjoint au RTIMS non pourvus, bon nombre de postes d’agents administratifs, de référents SDAS et ASE, de puéricultrices, de médecins… ne sont pas non plus pourvus : les « supports » comme ils disent – comprendre (c’est comme ça qu’ils parlent des agents) ayant refusé d’être affectés sur une autre résidence administrative. D’autres agents ont par contre été affectés contre leur gré et ne sont pas respectés dans leurs droits.

Et cerise sur le gâteau pour 4 ex CMS devenus EDeS disposant depuis plusieurs années d’agents de sécurité, la décision brutale de mettre un terme à leur intervention fin janvier au mépris de l’obligation de sécurité des agents et des obligations de saisine du CHSCT. L’administration ayant dans un premier temps proposé, avec d’autres mesures, leur remplacement par des agents précaires en service civique… solution « low coast » ne prenant pas la mesure des enjeux de sécurité des conditions de travail des agents et de l’accueil des usagers, de surcroît dans des bâtiments pas toujours aux normes en matière de sécurité ou/et dans des quartiers connaissant régulièrement des violences avec armes.

Quatre équipes de CMS ont adressé au Président fin décembre et courant janvier un courrier très largement signé par les agents pour exprimer leur mécontentement et appeler le Président à ses responsabilités.

Comme au niveau national, même méthode, le Président et son administration passent en force. Et pourtant l’administration ne peut pas ignorer les difficultés. Le DGS s’est même invité - de façon inappropriée - à une réunion d’information intersyndicale réservée aux agents du CMS de Carpentras le 22 décembre 2017. Il a pu prendre en direct la mesure des difficultés exprimées par ceux-ci et que tentent depuis plusieurs mois et sans succès de faire entendre les représentants syndicaux du personnel. Et pourtant…

La secrétaire du CHSCT a saisi le Président pour convocation d’un CHSCT en urgence. En lien avec les syndicats FSU et FO, la CGT a déposé un préavis de grève reconductible du 19 janvier au 4 février.

La Cgt porte avec la FSU et FO, au niveau local l’exigence :
- du maintien de l’intervention des agents de sécurité dans les EDeS afin de garantir les conditions de sécurité des agents et du public.
- d’une étude par le CHSCT des conséquences d’une décision arbitraire d’arrêt de cette prestation.
- de moyens humains et financiers à hauteur des besoins du public afin de garantir à la fois, l’amélioration d’un dispositif et la mise en œuvre à égalité de droits des missions de service public, notamment celui de la Protection de l’Enfance.
- du respect des obligations statutaires relatives aux instances paritaires et en matière de santé et conditions de travail, notamment par la mise en œuvre d’études d’impact des réorganisations.
- du remplacement sans délais des agents absents sur les postes du fait de maladie ou de départ en retraite.
- du respect plein et entier de vos engagements relatifs aux effets de la réorganisation en matière de mobilité : aucune mobilité forcée, aucune mise au placard.

La CGT porte de manière complémentaire les revendications suivantes :
- L’intégration des agents de sécurité dans les effectifs de la collectivité et le statut de la Fonction Publique Territoriale sur des emplois d’agents de sécurité et de médiation prévus au répertoire des métiers du CNFPT.
- L’accès des agents à des formations permettant de faire évoluer les fonctions de ces postes sur des logiques autres que strictement sécuritaires.
- L’arrêt d’une organisation de travail tournante des agents sur les sites et la
stabilisation des affectations dans un établissement, comme membre à part entière du collectif de travail de cet établissement.
- La prise en compte égalitaire des vœux des agents pour les affectations sur les nouveaux postes, au plus près de leur résidence administrative, y compris pour les personnels d’encadrement.

LA CGT APPELLE LES AGENTS A SE MOBILISER DANS CHAQUE SERVICE EN S’APPUYANT SUR LE PRÉAVIS DE GRÈVE POUR POSER LEURS REVENDICATIONS ET EXIGER LEUR PRISE EN COMPTE PAR LE PRÉSIDENT ET SON ADMINISTRATION

19/01/2019 Tract commun EDES
Tract CGT 01.18

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip