bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Le réseau routier se dégrade, la sécurité routière recule : ça suffit !! | communiqué de la Fédération Cgt des Services publics, de la fédération de l’équipement et de l’Union Interfédérale des Transports

Dans un rapport intitulé « J’ai mal à ma route », quelles sont les routes les plus dégradées de France ? » l’Association « 40 millions d’automobilistes » a recensé plus de 30 000 routes en très mauvais état et dénonce la dégradation continue du réseau à cause notamment d’une baisse de 27% par an depuis 2011, des crédits accordés pour l’entretien courant par l’État et les collectivités. Elle appelle les Pouvoirs publics à "assumer leur part de responsabilité" dans la sécurité routière sachant que 47% des accidents sont liés aux infrastructures. Elle réclame notamment une mission parlementaire sur l’état du réseau routier et l’urgence d’entretenir le patrimoine routier.

La CGT ne cesse de dénoncer sur le terrain et auprès des instances ministérielles le manque de moyens octroyés au service public routier pour l’entretien du patrimoine routier de France.

[...]

La solution existe ! Un service public routier

Entretenir son patrimoine routier est d’une telle évidence mais il faut pour cela le faire de manière constante et s’en donner les moyens !

La CGT revendique une maîtrise publique du réseau routier : La route n’est pas une marchandise, c’est un service public qui doit répondre aux besoins de la population, au développement économique et à l’aménagement du territoire (voir le dernier bulletin de l’Union interfédérale des transports n°88 de septembre 2016).

Se doter d’un véritable service public routier est possible sur les bases suivantes :
- redistribution de la richesse : renationaliser les autoroutes concédées aux SCA pour que les profits reviennent dans les caisses de l’Etat et puissent être réinjectés sur l’entretien global du réseau et pour le développement d’autres modes de transports alternatifs à la route.
- Réunification du réseau concédé et non concédé et nouvelle Gouvernance de l’Etat de l’ensemble du réseau routier (national et collectivités)
- Gestion centralisée de l’ensemble du réseau national et organisée en services déconcentrés sur l’ensemble du territoire afin d’avoir le meilleur maillage territorial. Ces services déconcentrés nécessitent des emplois d’agents publics (fonctionnaires et Ouvriers des Parcs et Ateliers) ayant une bonne connaissance du terrain, un professionnalisme et une capacité de répondre 24h sur 24 notamment au regard des enjeux de viabilité, d’exploitation et de sécurité…
- Réduire l’usure des routes par une politique multimodale de transport : appliquer le véritable coût du transport : en faisant payer l’usure des infrastructures par les donneurs d’ordre des transports routiers (1 camion= 100 000 à 1000 000 de VL (selon les études)). En internalisant les coûts externes (coûts sociaux, pollution et nuisances) à la faveur des modes de transports moins émetteurs de gaz à effet de serre, cela favoriserait les circuits courts et aurait un impact écologique.
- Se doter de moyens financiers : le rapport de « 40 millions d’automobilistes » pointe le décalage entre les moyens octroyés à l’AFITF et les ambitions du schéma national des infrastructures de transport (SNIT) dont les principales actions soutenables ont été précisées par la commission mobilité 21en 2015(35 milliards € pour les 10 ans à venir) !

Pour la CGT, il faut redonner des moyens pérennes à l’AFITF qui gère un budget de crise depuis l’abandon de l’Ecotaxe Poids Lourds.

Il faut sortir des partenariats publics privés et des privatisations. Le financement public des infrastructures est possible en sortant des marchés financiers. La CGT revendique un Pôle financier public qui ferait office d’organisme bancaire permettant d’emprunter directement auprès de la Banque Centrale Européenne à des taux aujourd’hui négatifs.

Oui , il est possible de bien entretenir le patrimoine routier national et territorial ! En se dotant d’un véritable service public routier sous maîtrise et gestion publique avec des agents publics.

Le réseau routier se dégrade, la sécurité routière recule : ça suffit !! | communiqué de la Fédération Cgt des Services publics, de la fédération de l’équipement et de l’Union Interfédérale des Transports

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip