bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Blocage de l’Usine Véolia de Choisy-le-Roi depuis le matin du 14 juin

Les travailleurs du service public de l’eau de Véolia Eau VEDIF sont en colère contre cet employeur dont la seule volonté est d’augmenter sans cesse la marge de ses actionnaires. La satisfaction perpétuelle de cette minorité contre le bien être de la majorité, force de production qui fait le bon essor de cette entreprise !
Depuis près de 20 ans, cette entreprise est dépecée pièce par pièce sur l’autel de la rentabilité pour toujours plus d’argent. Les réorganisations successives : fin des agences, créations des CSC, fin des relevés, hellébore, réorganisation des usines, MET, restrictions au siège, réorganisation du service clientèle, sont les réponses de notre Direction au grand patronat vorace qui en demande sans cesse plus dans ces poches.

Nous devons obtenir l’ouverture de négociation sur des revalorisations salariales ainsi que des dispositions spécifiques pour les travailleurs contraints de changer de poste car nous refusons cet état de résignation que certains tentent toujours d’immiscer dans l’esprit des salariés. Nous leur disons qu’il ne suffit pas de parader devant le patron pour obtenir des restes.

POUR CEUX QUI NE SONT PAS EN MOUVEMENT, IL EST ENCORE TEMPS DE REAGIR ET VENEZ NOMBREUX POUR LE RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL AUJOURD’HUI A 13H PLACE D’ITALIE SOUS LE BALLON DES SERVICES PUBLICS !

Inversion de la hiérarchie des normes : une machine de guerre contre nos droits
Le projet de loi « El Khomri » ouvre la possibilité de remise en cause les droits contenus dans le Code du travail ou les accords de branche en autorisant par simple accord d’entreprise :

  •  Le chantage à l’emploi et les baisses de salaires
  •  La baisse du paiement des heures supplémentaires
  •  L’augmentation du temps de travail
  •  Le développement du travail gratuit
  •  L’atteinte à la santé des salariés.

Par exemple, pour le forfait jours, la loi actuelle prévoit de négocier sur la base de 218 jours de travail par an, maximum ; ce qui conduit à des accords autour de 210 jours par an. Demain, la possibilité serait ouverte d’accord à 235 jours travaillés soit une vingtaine de jours de RTT perdus !

Ce projet de loi autorise aussi les licenciements sans motif, et l’extension sans accord du forfait jours aux cadres dans les entreprises de moins de 50 salariés, etc.

UNIS, SOLIDAIRE, DEFENDONS NOS DROITS ET NOS EMPLOIS !

Blocage de l’Usine Véolia de Choisy-le-Roi depuis le matin du 14 juin

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip