bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Adresse aux syndicats de la Fédération CGT des Services publics sur la situation revendicative

La Commission Exécutive Fédérale réunie le 17 mars 2016 appelle les syndicats de la Fédération :

=> À se saisir de la semaine du 21 au 25 mars pour être à l’initiative d’actions dans notre champ professionnel, en travaillant à des heures d’information syndicale, diffusions de tracts, collages, AG… Après les annonces du gouvernement sur la valeur du point d’indice, ces initiatives s’inscrivent dans la perspective d’une journée d’action dédiée à la Fonction publique sur l’augmentation du point d’indice, notre rejet du projet de loi sur la déontologie, la lutte contre les conséquences néfastes du protocole minoritaire PPCR. Cette journée est une proposition que la CGT Fonction publique a commencé à mettre en débat auprès des autres organisations syndicales.

=> À poursuivre leur engagement dans la construction de la journée nationale de grève du 31 mars, appelée dans l’unité interprofessionnelle et syndicale (CGT, FO, Solidaire, FSU, organisations de jeunesse) pour le retrait du projet de loi El Khomri. La journée d’action du 24 mars constitue une étape dans ce processus et la Fédération appelle ses adhérents à y participer.

La situation doit nous inciter à faire le lien dans nos tracts et appels entre nos revendications particulières (le dégel du point d’indice et son augmentation ; les conséquences locales du Pacte de responsabilité…) et l’exigence du retrait du projet de loi El Khomri, en tant que conséquences d’une politique d’austérité guidée par la loi du profit.

Un des maîtres mots de la politique du gouvernement, c’est individualiser les rapports entre salariés/agents et employeurs. Aujourd’hui, c’est le Code du travail qui est menacé, mais c’est aussi notre statut.

Un Code est attaqué, ce sont tous les Codes, tous les Statuts qui sont attaqués !
La CEF a insisté dans sa discussion sur un élément majeur de la situation : la décision du gouvernement de mettre fin au gel de la valeur du point (à un niveau certes très limité et donc insuffisant) est à mettre au compte de la mobilisation qui se généralise contre la politique du gouvernement.

La volonté de faire voler en éclat le Code du travail, pour le plus grand profit du MEDEF, rejoint la volonté d’en finir avec le Statut général et les statuts particuliers de la Fonction publique (RIFSEEP, loi déontologie, mesures régressives du projet de protocole PPCR…).

Obtenir le retrait du projet de loi El Khomri sera un point d’appui pour avancer vers la satisfaction de nos revendications, le rattrapage de notre pouvoir d’achat à hauteur de ce qui a été perdu depuis 6 ans de gel... Alors, saisissons-nous de toutes les initiatives et poursuivons la mobilisation !

Montreuil le 21 mars 2016

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip