bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Territoriaux du Blanc-Mesnil (93) : Pour une vie décente au travail, pour nos salaires, en grève le jeudi 24 mars 2016

Le Maire à propos de l’absentéisme record : la faute à "des saboteurs qui ont suivi et
suivent toujours les consignes de l’opposition municipale !" (Comité Technique du 22
février 2016).

Quelle honte ! Le Maire affirme aussi avoir la liste des médecins qui seraient trop
complaisants avec les agents comme l’aurait été le médecin du travail.

Un Comité Technique où il était surtout question de dire qu’il y avait trop d’agents et pas assez de travail : supprimer des postes, les redéployer...En sous-entendu, organiser les départs des agents par la porte ou par la fenêtre. Mettre au travail forcé sans prise en compte de notre vie au travail.

On voulait notre avis sur les nouveaux projets de service ? Comment dire...Notre priorité c’est travailler sereinement et bien vivre de son travail, en santé et en sécurité. On ne pourra pas travailler plus et mieux avec moins de personnel et du personnel anéanti par des conditions de travail dégradées et un management brutal.

C’est un avis que nous partageons de plus en plus avec les élus de la CFDT mais aussi de FO...

Même si la CGT a obtenu de la part de Monsieur le Maire un accord de principe sur une rencontre lors d’un petit-déjeuner, on pourra difficilement entamer un dialogue social serein et égalitaire si l’autorité territoriale tranche déjà à sa manière sur la question de la santé des agents en affirmant de manière calomnieuse et insultante que les malades sont des "saboteurs".

Après un suicide, une multiplication des arrêts maladie pour dépression ou burn-out, voire pire...Prenons le temps de la réflexion et de l’action.

Nous appelons également les citoyens Blanc-Mesnilois à venir nous soutenir. Rien ne doit nous diviser. Après la fermeture de la Bourse du Travail, du CASC des agents communaux,

après la déstabilisation des Maisons Pour Tous et de la Régie de Quartier et la tentative de mise d’une muselière à un poète et à un caricaturiste, tout nous rassemble puisque les méthodes et les objectifs sont les mêmes.

La CGT appelle donc tous les agents à la grève
pour toute la journée du jeudi 24 mars
(Assemblée générale à 11h à la Maison des Syndicats, 1 rue Léo Delibes)

Nos revendiquons :
- le paiement de toutes les heures supplémentaires,
- des tickets restaurant pour tous,
- un moratoire et une réflexion sur toutes les réorganisations de services, suppressions et créations de postes, refus de nominations à des stages et de titularisation, non renouvellement de contrats, mutations,
- que les organisations syndicales soient destinataires tous les 2 mois d’un état non nominatif des accidents du travail et des arrêts maladie survenus pendant cette période,
- que le CHSCT soit réuni chaque fois que nécessaire dans le cadre de toutes ses
compétences, que le droit d’alerte soit pleinement exercé et respecté,
- que des registres de santé et de sécurité soient mis en place dans tous les services,
- que la collectivité s’attache les conseils d’une structure externe et indépendante afin que chaque agent puisse à travers elle s’exprimer sur les problèmes rencontrés au quotidien. Le cahier des charges de cette mission sera réalisé en partenariat avec les organisations syndicales,
- qu’un plan d’évaluation des risques psycho-sociaux soir mis en place en urgence,
- que soit mise en place une procédure d’urgence en cas d’alerte sur un risque psychosocial,
- qu’un organigramme précis ainsi que des fiches de poste soit transmis aux organisations syndicales tous les 2 mois,
- l’arrêt immédiat du harcèlement et des mises au placard abusives et ciblées de certains agents,
- des nominations, promotions internes et avancements de grades justes et réellement concertés,
- l’arrêt des suspensions et procédures disciplinaires à l’encontre d’agents sur la base de la rumeur ou de témoignages douteux,
- la restitution des locaux, dont vous avez organisé l’évacuation le 31 décembre 2014, aux organisations syndicales de la Ville,
- le respect total de toutes les libertés syndicales et facilités accordées aux représentants du personnel,

Et aussi :
- le retrait de la loi sur le travail El Khomri qui rappelons le aura un impact immédiat sur les non titulaires de la Fonction Publique, le respect du statut de la Fonction Publique,
- une augmentation de la valeur du point d’indice de 10%,
- une juste revalorisation des pensions et le retour à la retraite à 60 ans,
- l’arrêt de la réforme territoriale "Métropole Grand Paris", la consultation démocratique de la population, une information précise de l’avenir de tous les agents concernés,
- un déroulement de carrière pour l’ensemble des agents, lié à une GPEC (Gestion
Prévisionnelles des Emplois et des Compétences) développant au minimum le doublement du salaire pour 10 ans de carrière,
- l’arrêt des suppressions d’emplois, la titularisation des contrats précaire, le recrutement et la création d’emplois publics, mesures indispensables au bon fonctionnement des services publics et à leur développement,

Et la rémunération de tous les jours de grèves nécessaires à cette lutte.


Télécharger ce tract au format PDF :

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip