bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Sanction contre des manifestants au Conseil Départemental du Nord (59)

En Mars et au delà, les salariés du Conseil Départemental du Nord contre la désagrégation de leurs conditions de travail

Depuis son élection le Président Lecerf agite l’épouvantail de la mise sous tutelle du département.
Pourtant élu départemental depuis 1988, Jean René Lecerf semble découvrir la situation soi-disant catastrophique de la collectivité. Lui et son groupe ont voté TOUS les budgets antérieurs et de ce fait, était parfaitement au courant voire complice de cette situation.

Agitant aussi un prétendu rapport de la chambre régionale des comptes, toujours pas produit à ce jour (1 an après les élections) ils s’attaquent aux temps de travail et aux rémunérations des agents, avec, dès le début de son mandat l’annonce d’une coupe de 8% dans la masse salariale.
Prétextant la situation du Nord, l’exécutif en place s’inscrit de fait dans la longue liste des autres élus de droite qui appliquent leur idéologie anti-fonctionnaires : Cote d’Armor, Vaucluse, Alpes Maritime, Gard, mais aussi Métropole Européenne de Lille, Tourcoing et d’autres… Partout on constate la remise en cause des accords sur le temps de travail et la mise en place d’une rémunération liée au “mérite” et fonction du présentéisme.

Une intersyndicale CGT-CFTC-CNT-FO-FSU-SUD s’est formée dès octobre 2015 au sein de notre collectivité, les agents sont fortement mobilisés et après des manifestations en octobre, novembre et décembre, une nouvelle action à eu lieu le 1er Mars.

Cette fois, les agents soutenus par l’intersyndicale, ont pénétré dans l’enceinte de l’hôtel des services (siège du Département) pour aller frapper à la porte du Président Lecerf, absent ce jour là…
Devant le refus de les recevoir opposé par le directeur général Monsieur Picard, les agents ont décidé de rester sur place pour être reçu…
Notez que les agents présents n’ont eu comme seul interlocuteur que la police : pas d’élu et pas de responsable de l’administration départementale (DGS ou DRH).
Cette attitude méprisante vis a vis d’un personnel en souffrance s’est ensuite traduite par des communications mensongères de la part du Président accusant le personnel de dégradations et d’entraves à la circulation…

Suite à cela une procédure disciplinaire est engagée contre 8 syndicalistes « tirés au sort ». Parmi ces 8, notre camarade Christelle Gavelle membre de la direction de notre syndicat.

Dès réception de la lettre annonçant la procédure, nous avons lancé un appel à soutien auprès des divers syndicats CGT de notre connaissance (motion jointe)
Il s’agit là comme ailleurs (Air France, Goodyear etc…) d’une criminalisation de l’action syndicale qui ne peut laisser personne indifférent !

Notre volonté est bien de faire reculer le Président en lui faisant comprendre que
Quand on touche à un camarade, c’est à la CGT qu’on touche

Communiqué
Motion
Appel à solidarité

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip